Bandeau
Lycée Edouard Herriot Lyon
Slogan du site

Le lycée Édouard Herriot est un lycée général et technologique avec des CPGE (Hypokhâgnes et Khâgnes) situé en centre ville (place Edgar Quinet, Lyon 6°)...

logo article ou rubrique
Des témoignages de 2012 à 2014
Article mis en ligne le 12 juin 2012
dernière modification le 16 décembre 2015

par Annie Fabre

2012 2013

La première période en France :

Francais :

"Nous, les nouvelles Norvégiennes, sommes ici au Lycée Edouard Herriot depuis un mois, et nous sommes devenues plus intégrées qu’au début.
Ce qui est nouveau cette année est que nous sommes dans presque tous les cours dès le début. Avant, les filles norvégiennes en seconde n’ont pas eu tous les cours au début.

Nous pensons que c’est bien pour l’intégration et pour apprendre le français, mais quelque fois les jours peuvent être longs.

C’était difficile mais nous voulons apprendre et avec de bons professeurs et des amis français, les jours sont moins durs.

Maintenant, il reste seulement 3 semaines avant les vacances de Toussaint et nous allons aller à Paris avec les autres sections norvégiennes à Bayeux et à Rouen."

JPEG
De gauche à droite :Anna, Maren, Vilde Amalie, Siri Sofie, Mays, Siri, Matilda, Henriette (devant).

Norvégien :

"En måned har gått og årets norske second-elever begynner å bli godt integrert på Lycée Edouard Herriot. Det nye for året er at de norske elevene har hoppet inn i så godt som alle timene helt fra starten av, mens det før har vært slik at man kommer inn i fagene litt etter hvert.

Dette tror vi er en god ordning som vil lønne seg for både læring og integrering, selv om dagene nå i starten kan være litt lange. Mye har vært uforståelig, men læringskurven er også bratt.

Vi står på, og med gode lærere og klassekamerater går dagene.
Fem uker er gått og nå gjenstår bare tre uker før ferie og Paris-tur sammen med de andre norskseksjonene i Bayeux og Rouen."

Quelques textes qui parlent de l’année scolaire 2012-2013

 <br width='300' height='225' />  <br width='300' height='200' />  <br width='300' height='200' />  <br width='300' height='225' />  <br width='250' height='155' />  <br width='300' height='130' />  <br width='250' height='231' />

Bocuse d’Or

Vi startet dagen kl.08.10 og dro direkte bort til “Les Halles de Paul Bocuse”, hvor vi fikk møte blant annet Norges fiskeriminister og hvor vi fikk omvisning blant alle matdiskene. Etter å ha vært i Les Halles, dro vi direkte til Eurexpo hvor kokke-konkurransen Bocuse d’Or og Sirah, ei stor internasjonal matmesse, ble holdt. Det var mange av oss som ikke gikk inn på selve konkurransearenaen for Bocuse d’Or fordi køen var helt enorm. I stedet fulgte vi med på tv’ene som hang rundt i de andre hallene mens vi hovet inn smaksprøver fra matmessa. Alt i alt var det en super dag, og vi gleder oss masse til 2015 i håp om å få være med neste gang Bocuse d’Or arrangeres i Lyon.

Nous avons commencé la journée à 08h10 ; nous sommes allées aux Halles de Paul Bocuse. Nous y avons rencontré le Ministre norvégien de la pêche, et nous avons eu une visite guidée. Ensuite, nous sommes allées à l’Eurexpo où la compétiotion Bocuse d’Or et le Sirah, le Salon international de la restauration, de l’hôtellerie et de l’alimentation, ont eu lieu. Pas toutes les filles sont rentrées dans l’arène de la compétition ; la file d’attente était absolument énorme. Pourtant, nous avons regardé le spectacle sur les écrans qui étaitent mis dans les couloirs. En plus, nous avons bien mangé ; il avait plein de dégustations au Salon. Dans l’ensemble c’était une super journée. Nous avons vraiment hâte à 2015 dans l’espoir de faire partie de la prochaine Bocuse d’Or.


Le 17 mai - la fête nationale de Norvège

Le 16 mai nous sommes parties à Bayeux pour célébrer la fête nationale de Norvège, le 17 mai. Nous avons revu nos amis norvégiens de Bayeux et Rouen. C’était très sympa !

Le 17 mai il y avait un défilé ; nous avons chanté des chansons norvégiennes et la Marseillaise. Il y avait même des lycéens de Bayeux qui ont chanté avec nous !

Après, la responsable de la section à Bayeux a eu un discours et nous avons mangé des gâteaux.

En tout, le week-end en entier était très agréable et nous avons hâte pour l’année prochaine quand la fête sera à Rouen.

  • Mays et Siri

    Vacances de Pâques

Pour les vacances d’avril, toutes les norvégiennes sont allées à Biarritz en Pays Basque. Même si le temps n’était pas idéal, on a fait beaucoup de choses sympas !

L’activité qu’on a le plus aimé, c’est le surfing. C’était très agréable de revoir la mer et les vagues, ce qui nous a fait penser à la Norvège.

On n’est pas resté en France pendant tout le séjour. Un jour, on est allé à San Sebastian en Espagne pour manger du tapas. On a bien mangé et c’était super !

  • Henriette et Fie

Bonjour !

On est bien habitué à la vie française, et on parle (presque) parfaitement le français maintenant. On trouve les journées dures, mais quand il fait beau c’est super d’être en France ! Le soleil nous fait plaisir et on a bientôt terminé notre première année. Ce sera bien de rentrer en Norvège pour les vacances d’été, mais on a aussi hâte de revenir en août pour la rentrée scolaire.

SKI A L’ALPE D’HUEZ

Skiutflukt til Alpane

Laurdag 12. januar reiste idrettsforeininga ved lycée Edouard Herriot til Alpane for å stå på ski. 45 elevar og 10 lærarar møttest ved skulen kl. halv seks. Sjølv om det var tidleg, var det tydeleg at folk gleda seg til å stå på ski. Etter ein vel 3-timars busstur, kom vi fram til skistasjonen Alpez d’Huez.

Og for ein dag ! Blå himmel, sol, ikkje vind, ikkje kø, og omkring 30 cm med nysnø som hadde kome dagen før. Altså perfekte forhold.

Alpez d’Huez er eit svært skianlegg med masse heisar og nedfartar for einkvar smak. Botnen på skistasjonen ligg på 1860 meter, og det høgste punktet på vel 3300 meter. Noko som gjev store moglegheiter for å kjenne på mjølkesyra.

Utpå ettermiddagen, då elevar og lærarar hadde fått utfolda seg i bakkane, tok vi bussen tilbake til Lyon. Etter ein slik dag var det lett å forstå at det var så mange blide ansikt.

Idrettsforeiniga arrangerer to andre skiutflukter i vinter, den første 2. februar. Ei flott moglegheit for å oppleva dei franske Alpane.

Ingebjørg Før Gjermundsen

2013 2014

La journée d’intégration

Le 16 septembre, 2°1 et 2°2 ont été à Parc aventure Lyon Ste Foy pour se connaîtront.
Nous, Johanne Holm et Pernille Aune, sommes dans 2°2. Nous n’avons pas connu nombreux de nos camarades, mais nous avons appris tous les noms d’eux dans notre classe, et aussi quelqu’un dans seconde °1 ce jour.
Mme Barcelo, notre professeur en EPS, nous a donné un sac avec de nourriture, mais nous avons apporté un boit d’un pâté norvégien à supplément. Il était délicieux.
Il faisait froid, donc nous sommes mis beaucoup de vêtements. Il pleuvait et nous avions pitié de nous-mêmes.
Même si on a fait la piste rouge, il n’était pas très difficile, mais il était amusant.
La douche après la journée d’intégration a été très bonne (et longue...)

Johanne Holm et Pernille Aune, 2°2.

Les premières semaines

Il y a un mois nous sommes arrivées en France.

Ça a été un mois très rempli. Nous sommes huit filles norvégiennes, et trois d’entre nous n’ont pas appris le français à l’école en Norvège. Il a été difficile pour nous toutes, mais nous avons appris beaucoup. Nous apprenons des nouveaux mots tous les temps, et ça va de mieux en mieux à chaque jour qui passe. Maintenant, nous même comprenons des parties des cours !
Les français sont très gentils avec nous. La vie en France est bien pour nous, et nous adorons Lyon ! Les fleuves et les rues sont très jolis et le chocolat et les fromages sont incroyables. Nous aimons la cuisine Française. Nous espérons et croyons que nous allons passer trois bonnes années en France.

Åsa Kjærstad (2° 8) et Thea Huitfeldt (2° 3)

Notre vie

Å bo i Frankrike er en drøm for mange, men en realitet for 64 057 792 mennesker.
Inkludert åtte jenter som frivillig pakket kofferter og tok beina fatt på reisen til Frankrike.
Lyon. Postkode 69006. (Send oss brev, middagene på internatet blir mye bedre når noen
sitter glisende og andre kikker litt småsjalu bort mot postkortet med tegninger og klemmer
på)

En voyage à paris
Og nå har det plutselig gått en måned siden vi med skrekkblandet fryd trillet oss inn på internatet. Én måned der vi har gjort et tappert forsøk på å integrere oss i en kultur der kjente stereotyper gledelig blir levd opp til. Joda, man holder baguetter i hånda imens man går ned hovedgata for å komme seg til Fromageriet der man har tenkt å kjøpe seg en Camembert å spise i parken. Ja, franskmenn holder seg tynne selv om de spiser croissanter. Men herremin, det er klart de har iPhoner her også.

Vi er som sagt åtte jenter, som alle har fått muligheten til å bryte turistboblen og faktisk fåsett kulturen fra innsiden. Forbeholdt at vi klarer å lære oss fransk såklart.

Det er ikke enkelt å bli kastet ut i en helt annen verden når man er seksten, eller eventuelt femten, år. Ikke bare må vi forholde oss til helt ukjente fenomen som budsjettering og oppretting av utenlandsk bankkonto, men vi må i tillegg lære oss hvilke croissanter som er med og uten sjokolade, når man bytter fra god dag til god kveld og hvordan man går over veier med lyskryss. Sistnetvne gjelder spesielt bondefolket som har levd livet i landsbygdas rundkjøringsfrie idyll.

Vi har rutiner nå. Det har gått en måned, og rutinene har sneket seg innpå oss. Om morgenen tusler vi til frokosten ; de fleste med en eske müsli under hånda i håp om å få i seg fiber. Og deretter trasker vi til skolen, trøtte, men allikevel optimistiske. Internatlivet er glamorøst. Heisen er sjeldent i ustand. Vi har det fint for det meste. Våre svake øyeblikk er midt i trappene til øverste etasjen der matematikkundervisningen foregår. Men vi tåler det også.

Når man er seksten år og student i Frankrike, så tar man seg noen ganger i å tenke på hvor merkelig det er. Alt er fransk. Maten, lufta, vannet og væremåten. Vi har alle blitt vant til tre måltider om dagen, varm sommerluft i september, lett ettersmak av klor etter å ha slukket tørsten og den friske tobakkbrisen utenfor skolen.

Når lunsjen blir for monoton, eller vi bare har for mange fritimer å slå ihjel, så kan vi lett stikke innom nærmeste boulanger for å hilse med “Bonjour Madame” og etterpå legge ut med halvannen euro for en baguett. Og ti minutter senere sitter det en jentegjeng i den lettest tilgjengelige parken med ost i munnviken og sol i øynene. Man må være franske når man lever her. Det er jo på alle måter derfor vi kom dit.

Men selv om rutiner er bra, så lager vi rom for andre ting også. Helgene er et virrvarr av ulike historier. Hytteturer i fjellene, turer på museum, ridning på landet, drueplukking, fotoshoots og morgener tilbragt på marked. Og alle historiene samles ved frokostbordet dagen etter, der opplevelser kan deles. Gode som dårlige. Man kommer seg ikke unna merkelige situasjoner, ei heller vil man det. For det blir gode historier av å ikke kunne språket som snakkes der du bor.

Det er få ting som kan måles med følelsen av å leve i øyeblikket. Smaken av en crêpe i gamlebyen, lykken av at franskmann gir oss kyss på kinnet, synet av en prøve man tross alt stod på eller gleden av å se at noen av våre kjente og kjære er pålogget på Skype. Vi setter pris på at vi har mulighet til å oppleve noe nytt hver dag. Og vi har det fint her i Lyon, med giraffer opp i gaten, Alpene borti horisonten og Paris to uker unna.

Bisous,

fra jentene som er lykkelig strandet i Sør-Frankrike.

Après quelques mois

Après quelques mois en France, nous, les huit filles norvégiennes en seconde, avons des expériences et des histoires que nous voudrions partager. En arrivant en France en septembre, nous n’avions peu de connaissance de la langue française. C’était frustrant. En même temps, nous pouvions voir le progrès, ce qui était très motivant. Il y a encore un défi chaque fois qu’il faut écrire, mais nous nous améliorons. Le premier jour au lycée Edouard Herriot nous avons rencontré les élèves et les professeurs avec qui nous allions passer l’année. Ils étaient tous gentils et compréhensifs, et comprendraient notre situation difficile. Ils parlaient doucement, et ils nous avons bien inclus. Chaque matin nous recevons un bisou, ce qui pour nous est très agréable. C’est une nouvelle expérience pour nous les Norvégiennes quand on est dans un magasin et même sans avoir acheté quelque chose est remercié. Les familles d’accueil chez qui nous habitons chaque week-end nous montrent la culture française et la nourriture française, on va aux cafés et on passe du temps ensemble. Nous sommes bien contentes pour le centre d’intérêt sur l’éducation. Merci à tous qui font nos temps en France inoubliable !
Kjersti SVEEN et Maren Helene SÆVOLD

LES VACANCES DE TOUSSAINT

Finalement, les vacances de Toussaint étaient arrivées, et nous allions visiter Paris.
Nous avons pris le TGV le matin le 19 octobre, et à Paris, nous sommes restées dans un petit hôtel. Le premier jour, nous sommes montées la Tour d’Eiffel, et tout en haut nous avons rencontré les filles norvégiennes de Bayeux. C’était très agréable ! Nous sommes allées aux Champs-Elysées et nous avons vu l’Arche de triomphe et la tombe du soldat inconnu. Il y avait une parade avec des vétérans de la Seconde Guerre mondiale. Le troisième jour, nous avons visité le château de Versailles. Là-bas nous avons rencontré tous les Norvégiens ; les filles de Bayeux et aussi les garçons de Rouen. Le château était magnifique. Le jardin était même plus beau ! Dans le soir nous avons rencontrés les autres Norvégiens encore une fois pour regarder la pièce de théâtre « La cantatrice chauve ». Ensuite, nous avons diné au restaurant et nous étions tous très contents pour nous revoir. Le dernier jour, nous avons visité le cimetière du Père Lachaise. Après notre séjour à Paris, nous étions chez nos familles d’accueil pour le reste des vacances.

Åsa KJÆRSTAD et Pernille AUNE

VISITES AUX MUSÉES

En raison de notre désir de découvrir de nouvelles choses, nous avons fait quelques excursions aux musées le premier trimestre.
Louvre
Louvre, l’un des musées le plus fascinant et connu dans le monde, est sans aucun doute au sommet de notre liste des lieux à visiter. Nous nous sommes levés tôt pour commencer notre visite guidée sous les triangles de verre. Notre guide était une femme joyeuse qui a réussi à combiner l’humour et de l’art d’une manière très agréable. Nous avons sûrement regardé la Joconde, et la Vénus de Milo. Mais quelques-¬unes des pièces les plus fascinantes étaient dans les parties les plus reculées du musée.
Institut Lumière
Une autre sortie qu’on a faite était à l’un des musées le plus célèbre de Lyon, l’Institut Lumière. Le musée est l’ancienne maison des frères Lumière, connus sous le nom des premiers cinéastes de l’histoire. Le musée est un voyage à travers l’histoire et l’évolution du film, dans une atmosphère confortable, et nous l’avons beaucoup apprécié. Bien sûr, la plupart d’entre nous avons mis la main sur les cartes avec le train de l’un des premiers films, "L’Arrivée d’un train en gare de La Ciotat". La visite au musée a été très appréciée.
La Maison des Canuts
Un autre musée que nous avons visité est la Maison des Canuts. C’est un musée de la soie à la Croix-Rousse. Un guide nous a montré comment on tissait de la soie et il a beaucoup parlé de la histoire de la soie. Après cette visite nous pouvons vraiment dire que nous sommes capables de faire les plus belles pièces de soie.
Elin DREYER et Johanne HOLM

LA FÊTE DE LA SAINTE LUCIE

En Norvège on fête la Sainte Lucie le 13 décembre chaque année. C’est une célébration en mémoire de la martyre chrétienne Lucie, qu’on fête dans les pays scandinaves depuis la fin du moyen âge. Dans la section norvégienne c’est une tradition depuis longtemps de fêter ce jour avec vous ; nos professeurs, nos familles d’accueil et nos amis. Pour la fête de la Sainte Lucie de 2013, nous, les élèves norvégiennes, avons donné un spectacle et chanté des chansons de Noël. Nous avons fait des gâteaux traditionnels norvégiens. Il y avait aussi un buffet norvégien avec du saumon, du « rakfisk » une spécialité norvégienne de truite, des saucissons d’élan et des œufs brouillés.


Nous remercions ceux qui sont venus à la fête et nous espérons que vous avez passé une soirée mémorable !
Thea HUITFELDT et Rikke AAS

Pourquoi accueillir des jeunes Norvégiennes

Pourquoi accueillir des jeunes Norvégiennes chez vous un Week End sur deux pendant une année scolaire ?

Lorsque notre fille aînée Clélia est entrée au lycée Edouard HERRIOT en 2004 , était glissé dans le dossier d’inscription un document sollicitant des familles pour accueillir 8 jeunes filles arrivant de Norvège une fin de semaine sur deux.

Sans connaître les tenants et aboutissants, et après discussion avec nos filles nous avons accepté d’accueillir l’une d’entre-elles, pensant que cela ne pouvait être qu’une expérience enrichissante et positive pour nos enfants et à ce jour nous ne regrettons rien.

Pendant l’année scolaire nous avons accueilli Lina qui s’est très facilement intégrée à notre vie familiale.

Parlant un français presque parfait dès son arrivée, Lina a toujours participé à nos discussions… nous a fait découvrir son pays et ses habitudes, nous a suivi là où nous avions prévu d’ aller pendant les W End et les vacances si elle le souhaitait.

Bien que ne parlant pas Norvégien, nos rencontres avec ses parents et ses frères ont eu lieu dans la bonne humeur et la convivialité. A ce jour nous recevons toujours des nouvelles de Lina grâce au courrier de sa maman. Lina grande voyageuse continue à sillonner les pays, loin de Sa Norvège.trop petite pour elle.

Lorsque notre seconde fille est arrivée au lycée sans la moindre hésitation nous avons, une nouvelle fois répondu positivement à l’appel de la section de Norvégienne.

Charlotte est donc devenue en quelques mois la 3e filles de la famille, et la sœur de Cœur comme elle le dit souvent à Diane… avec qui elle discute régulièrement sur Internet.

Bien que repartie à OSLO pour poursuivre ses études après l’obtention de son baccalauréat, elle revient chaque année à la maison où nous la recevons avec grand plaisir.

Nous avons renouvelé l’expérience encore une fois alors que Diane était en terminale et nous avons accueillie Julie.

Nous avons accueillis un certain nombre d’étudiants étrangers pendant les années lycées de nos filles (chinois, italiens, norvégiennes ) et bien l’accueil le plus enrichissant et positif sur le plan humain et culturel a été l’accueil de nos norvégiennes avec qui nous avons tissés des liens affectifs et sincères.

Nous avons particulièrement apprécié leur ouverture d’esprit, leur aptitude pendant 3 ans, éloignées de leur famille à s’adapter en quelques semaines à leur nouvelle vie citadine, familiale, leur capacité à prendre rapidement leur marque au lycée en assimilant leurs cours dans une langue étrangère le français…, leur sens de l’observation de nos habitudes françaises qu’elles parodient avec délice lors de leur spectacle en décembre au lycée.

Si c’était à refaire ? Ce serait sans hésitation !

Madame FRANCOISE RONNAUX-BARON