Bandeau
Lycée Edouard Herriot Lyon
Slogan du site

Le lycée Édouard Herriot est un lycée général et technologique avec des CPGE (Hypokhâgnes et Khâgnes) situé en centre ville (place Edgar Quinet, Lyon 6e).

logo article ou rubrique
Historique de la Section Norvégienne
Article mis en ligne le 19 décembre 2011
dernière modification le 16 décembre 2015

Historique

L’ouverture de la Section Norvégienne au lycée Édouard Herriot de Lyon fait suite à l’accord TROLL, signé entre la France et la Norvège en décembre 1986.

La France mettait à disposition de la Norvège des places supplémentaires pour de jeunes norvégiens désirant passer le bac en France. Mais où fallait-il les créer ? Les sections existantes de Rouen et Bayeux jugées assez grandes pour ne pas accueillir plus d’élèves, il fallut chercher ailleurs. Pourquoi pas une ville universitaire où le norvégien était déjà enseigné, comme à Strasbourg, Caen, Paris ou Lyon ? Entre ces villes-ci, le choix semblait évident, vu que la colonie norvégienne était déjà importante à Caen, et qu’il serait difficile pour de jeunes Norvégiens de s’intégrer dans un milieu français dans des villes internationales comme Paris et Strasbourg ...Parmi les différents lycées candidats, c’est alors celui d’Édouard Herriot qui fut choisi tant par son niveau de qualité que par la proximité d’un foyer d’accueil pour les élèves.

Au mois de mai 1989 précédant la première rentrée, Kjersti Kleveland, première responsable de la section, chargée d’enseigner le norvégien et d’encadrer les élèves, est venue visiter les lieux. Elle a pu constater que les meilleures dispositions pour les accueillir étaient en place. Mme Dumont , proviseur du lycée, mettait à leur disposition une salle de classe et lui fit visiter plusieurs appartements où se loger. Des parents d’élèves, enthousiastes et curieux, se proposaient déjà pour être familles d’accueil pour les Norvégiennes. Ses futurs collègues lui manifestaient une bonne volonté prometteuse.

Arrivée en août, un mois avant la rentrée, elle a quand même du résoudre quelques problèmes avec ses collègues pour que tout fonctionne bien rapidement : Pourrait-on appliquer les modèles de fonctionnement des sections de Bayeux et Rouen, où fallait-il en trouver un, mieux adapté à la situation lyonnaise ? Quels seraient le rôle et les responsabilités des familles d’accueil ? Comment répartir les élèves norvégiennes dans les classes ? Comment gérer la vie au foyer ?

Après quelques réunions avec l’encadrement du lycée, les associations des parents d’élèves et les responsables du foyer, les solutions semblèrent plus claires. Au cours de cette première année, on put déjà voir les premiers signes de réussite : l’organisation de l’année scolaire pour les nouvelles arrivées a tellement bien fonctionné que pratiquement rien n’a été changé depuis ! Réparties en deux classes différentes, les Norvégiennes ne suivirent pas tous les cours dès le premier trimestre. En contrepartie, elles eurent des cours intensifs de français dispensés par un professeur du lycée et la responsable de la section, ce qui leur a permis dès le deuxième trimestre de suivre l’ensemble des cours. L’année suivante, les élèves furent regroupées en une seule classe, et suivirent les cours de Sciences Économiques et sociales dès le début de l’année scolaire. On s’aperçut vite qu’il était préférable de les répartir dans différentes classes, ce qui fut dès lors la règle. Par la suite il fut instauré tout au long de l’année des cours de soutien spécifique en mathématiques et physique-chimie pour les secondes, en français pour les premières préparant le baccalauréat de français.

Le foyer l’Escale Lyonnaise, s’étant engagé pour un an au départ, a accepté d’accueillir huit élèves l’année suivante, bien qu’il n’admette pas normalement de mineures. Ce fut un soulagement ! En cette année 2000, il héberge sa 11èmepromotion d’élèves norvégiennes.
Quant à trouver des familles d’accueil, ce fut pour cette première année les associations des parents d’élèves, PEEP et FCPE, qui s’en chargèrent, et depuis 1990, c’est Monsieur Varin, nouveau proviseur, qui l’assume.

C’est à lui que revint l’honneur d’inaugurer officiellement la Section en 1990, avec la deuxième responsable de la section,Sigvor Saltnes, en présence de M. l’Ambassadeur de Norvège en France, de membres du gouvernement norvégien et de M. le Recteur de l’Académie de Lyon, d’un représentant de la Mairie et d’autres personnalités. La télévision norvégienne a tout suivi de près.

Encadrement

C’est Kjersti Kleveland (1989-1990) qui met en place et gère la Section Norvégienne la première année. Elle instaure la tradition des fêtes norvégiennes au lycée - celle de Noël et celle de la Fête Nationale le 17 mai (célébrée le 30 puisque la « vraie » célébration se faisait le 17 à Rouen à l’époque) - et reçoit avec ses élèves une équipe de radio norvégienne pour faire une émission sur cette nouvelle section.

La première promotion d’élèves avec Kjersti Kleveland
Sigvor Saltnes (1990-1992) lui succède et organise, en collaboration avec le nouveau proviseur, M. Henri Varin, l’inauguration officielle de la Section Norvégienne en 1990.

L’ inauguration officielle de la section en novembre 1990 avec M. Langeland, Ambassadeur de Norvège et M. Varin, le Proviseur

Son successeur, Nora Tennebo (1992-1996), par la durée de sa mission, donne à la section la stabilité dont elle avait besoin. Sur la recommandation du ministère de l’Education Nationale Norvégien, elle met définitivement en place la célébration du 17 mai au lycée.
Ragnhild Langhalle (1996-1998) en consignant dans un cahier toutes sortes de renseignements utiles pour gérer le travail de la responsable, sera certainement fort appréciée par celles qui lui succéderont. Son mari, professeur de français lui aussi, vient la rejoindre la deuxième année et profite du séjour pour faire un recueil de chant français.
Ellisif Gjestland (1998-2001), trouve en arrivant une Section Norvégienne au fonctionnement satisfaisant où règne une bonne ambiance. Elle a la joie d’organiser le premier jubilé de la section en l’honneur du travail qu’ont fait celles qui l’ont précédée.
Marit Olsen lui succède jusqu’en 2003, date à laquelle arrive Mette Sorensen.