Bandeau
Lycée Edouard Herriot Lyon
Slogan du site

Le lycée Édouard Herriot est un lycée général et technologique avec des CPGE (Hypokhâgnes et Khâgnes) situé en centre ville (place Edgar Quinet, Lyon 6e).

logo article ou rubrique
Une année à la Section Norvégienne
Article mis en ligne le 19 décembre 2011
dernière modification le 16 décembre 2015

L’année scolaire pour la responsable de la section est surtout marquée par l’encadrement des élèves de seconde. Les élèves de première et de terminale, installées dans des appartements et des studios particuliers, ne sont plus soumises à l’autorité de la responsable et ont beaucoup moins besoin de son aide à la fois pratique et morale. Avec un an ou deux d’expérience de la vie lyonnaise, elles connaissent la langue et leurs obligations scolaires. Elles se sont créées un cercle d’amis et une bonne partie font des activités extra-scolaires différentes. En d’autres mots, elles sont autonomes !
Le contact entre la responsable et les nouvelles élèves ne se fait pas en France, mais en Norvège. Là, à Oslo les élèves suivent un mois de cours intensifs de français, et les responsables des trois sections françaises font partie de l’équipe d’enseignants donnant chacun deux semaines de cours à une cinquantaine d’élèves qui se préparent pour une ou plusieurs années de scolarité en France.
Arrivée en France, la responsable se rend à l’aéroport chercher en car les nouvelles secondes, épuisées par un long voyage, et les installe au foyer l’Escale Lyonnaise, où elles habitent la première année. Elles y vivent deux par chambre, prennent leurs repas à la cantine du lycée ou au réfectoire du foyer. Les sorties le soir(après 21h l’automne et 23h au printemps) ne sont possibles qu’avec la permission de la responsable : c’est pour elles une toute nouvelle vie qui commence, loin du cadre familial, dure et stricte parfois, mais enrichissante. Elles font connaissance, elles se soutiennent mutuellement, apprennent la solidarité entre elles, et font l’apprentissage de l’autodiscipline.
Le temps de transition est court pour les nouvelles arrivées, il faut faire connaissance et s’habituer à la nouvelle vie assez rapidement. Si elles arrivent l’avant-veille de la rentrée scolaire, une visite de la ville avec la responsable les attend le premier jour. Sinon, elles font, sans aménagement particulier, la rentrée normale le lendemain de leur arrivée en France. Ensuite, le premier samedi, les anciennes organisent une journée d’intégration des nouvelles qui se termine le soir par une fête et la remise d’un certificat d’affiliation à la Section. Enfin, troisième point important, c’est la rencontre entre les familles candidates à l’accueil d’une fille et ces dernières. Elle se fait au lycée, et on essaie, d’après les présentations de chacun, de faire un choix qui conviendra à tout le monde.
Avant de se retrouver en famille d’accueil, un pot est offert à celles-ci au foyer pour mieux faire connaissance. Les filles s’y rendent dès le premier week-end du samedi midi au dimanche soir ou lundi matin. C’est dans ce milieu chaleureux qu’elles feront plus profondément et plus concrètement connaissance avec la culture française et qu’elles progresseront rapidement dans l’utilisation du français courant.
Un autre souci pour la responsable en ce début d’année est de trouver au milieu de tous les emplois du temps différents des créneaux pour dispenser des cours supplémentaires de français pour les secondes et les cours de norvégien pour les trois années. L’enseignement du norvégien comme deuxième langue pour une norvégienne, est-ce vraiment nécessaire pour mieux réussir au baccalauréat ? Bien sur que non ! Une norvégienne d’origine pourrait très bien s’en passer si c’est pour apprendre la langue ! Mais comme l’enseignement d’une deuxième langue est obligatoire au lycée, et qu’elles savent déjà ce qu’il faut pour l’examen, elles en profitent pour étudier la littérature et l’histoire norvégiennes. Elles font donc d’une pierre deux coups, suivant à la fois un enseignement obligatoire et approfondissant la connaissance de leurs racines culturelles.
Le voyage à Paris - initiation à la culture française
Aux vacances de la Toussaint la responsable de la section organise un séjour d’une semaine à Paris avec les nouvelles élèves. Des journées bien chargées en visites et promenades dans les lieux chargés d’histoire de la capitale permettent aux filles de rattraper une partie des connaissances de leurs camarades de classe français. C’est un plaisir et un étonnement pour la responsable de constater à quel point les jeunes sont curieuses et enthousiastes lors des différentes sorties. Il arrive, contrairement à ce que l’on pourrait croire, que la responsable doive les pousser vers la sortie d’un musée.

La fête de Noël
A la mi-décembre, à la fois pour célébrer Noël et Ste Lucie (honorée en Scandinavie), la section organise une fête pour les familles d’accueil et le personnel du lycée. Les vacances arrivant et le mal du pays diminuant avec l’approche du retour au pays, toutes les élèves s’investissent dans la préparation du spectacle (sketches, danses ou chants.) Ce sont les secondes qui sont chargées de faire les pâtisseries traditionnelles. Cela se fait dans les appartements des aînées, pour leur plus grand plaisir.
La fête a lieu le mercredi le plus proche du 13 décembre. De midi à minuit toutes les filles s’activent : répétition générale du spectacle, décoration de la salle, préparation des différents plats, habillement en costumes traditionnels, et enfin, réception des invités, spectacle et service d’un buffet à la norvégienne. Il y a de la bousculade, des rires, du stress, des ordres lancés à droite et à gauche, mais avant tout, c’est la joie et la bonne humeur qui règnent.
Après tant d’effort, le moment du retour au pays arrive enfin. Quel bonheur ! Quelle joie de revoir la famille et les amis !
Vacances et activités diverses
Après les vacances de Noël, les filles vivent souvent une période difficile. Elles doivent attendre six mois pour revoir leur famille, l’enthousiasme des premiers mois a disparu et les secondes prennent conscience du choix courageux qu’elles ont fait. Certaines se demandent parfois s’il ne vaut pas mieux retourner en Norvège tant qu’il en est encore temps …
Une sortie au restaurant rassemblant la Section a lieu juste après Noël. Elle aide à la cohésion de la Section et est l’occasion d’un réconfort. La gastronomie lyonnaise mérite-t-elle sa réputation ? C’est en tout cas à chaque fois un régal. Il faut être français pour avoir inventé les mises en bouche et les amuse-gueule !
Une rencontre annuelle avec les étudiants en norvégien de l’université Lyon II a lieu en février dans un des appartements des élèves. Cette soirée donne parfois des fruits : des cours de norvégien en échange de cours de mathématiques ou autre ou tout simplement des liens d’amitié se nouent entre la Norvège et la France.
Pour les vacances d’hiver la Section organise un séjour d’une semaine au ski. Chaque année les filles et la responsable choisissent une station d’un commun accord. Pour l’année 2000, c’est Chamonix qui a été choisi. Elles sont gâtées ces filles, la responsable aussi d’ailleurs… C’est l’occasion de renforcer les liens d’amitié entre les filles et de diminuer l’envi de rentrer au pays. Elles rentrent de bonne humeur et en bonne forme – mis à part un poignet cassé cette année – ayant pour la plupart passé des heures et des heures sur les pistes avec grand plaisir.

Vacances d’hiver à Tignes-1999

Aux vacances de printemps les élèves et leur responsable partent encore une semaine, alternativement en Corse, au bord de l’Atlantique ou de la Méditerranée. Une sortie culturelle obligatoire et d’autres au choix permettront d’approfondir leur connaissance de la France. Cela est aussi l’occasion d’une bonne détente. Combien d’heures ont-elles passé dans les vagues sur la plage de Biarritz l’année dernière, dans l’eau à quinze degrés ?

Vacances de printemps en Corse-1998


Le 17 mai-fête nationale

Depuis 1993, c’est la tradition de célébrer le 17 mai au lycée. Avant, cela se faisait à Rouen avec les autres lycéens norvégiens. Un pot d’honneur y est donné, des discours sont prononcés, l’hymne national est chanté par les filles. Les professeurs et le personnel du lycée y sont invités ainsi que les Anciens combattants de Narvik et de Namsos – fidèles et enthousiastes pour la Norvège - qui souhaitent rendre honneur à notre pays plus particulièrement en ce jour auquel les Norvégiens tiennent beaucoup. Les drapeaux et les branches fraîches de bouleau ainsi que des jeux traditionnels nous rappellent la Norvège. Le soir, la Section se retrouve au restaurant pour bien marquer notre attachement à notre pays lointain.
Fin de l’année scolaire
partir de mai les filles de seconde se mettent à la recherche d’appartements ou de studios pour l’année suivante. Le plus souvent, elles reprennent ceux des terminales et s’installent à deux ou trois. La vie au foyer va se terminer pour elles. Elles mèneront une vie d’étudiante libre, certes, mais avec toutes les obligations qui découlent de leur autonomie.
L’année est clôturée par une sortie culturelle (opéra, théâtre, concert, etc.) En 1999 nous sommes allées voir Les Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas au théâtre romain de Fourvière. Quel enchantement ! Si nous n’étions pas encore amoureuses de cette ville jusque là, ce fut le moment d’y tomber !