Bandeau
Lycée Edouard Herriot Lyon
Slogan du site

Le lycée Édouard Herriot est un lycée général et technologique avec des CPGE (Hypokhâgnes et Khâgnes) situé en centre ville (place Edgar Quinet, Lyon 6e).

DECLICS
Article mis en ligne le 11 janvier 2024

par Mme MARINOT
Article rédigée par Margot Delannoy et Margaux Zinsch, élèves de 1ère1

Le mardi 5 décembre, les classes de 1ère1 et de 1ère5 ont pu participer au projet DECLICS. Dans un premier temps, ils ont pu assister à une conférence organisée par Bénédicte Chazaud, puis dans un second temps des groupes de 4 élèves ont rencontré successivement 7 personnels de recherche, les Ambassadeurs DECLICS, des doctorant(e)s, des chercheur(e)s, des titulaires, des technicien(ne)s, des directeurs...

Bénédicte Chazaud, directrice du groupe à l’Institut de la faculté de médecine et de pharmacie à Grange-Blanche (Claude Bernard Lyon), travaille sur l’institut neuro-myogène. Pour commencer ses études, elle est allée à l’Université pour passer tous les échelons : licence, master, thèse, puis un post-doc. Elle a eu un poste de chercheur et est devenue cheffe d’équipe. Elle travaille avec une équipe à l’internationale composée d’une quinzaine de chercheurs travaillant à l’INSERM ou au CNRS. Elle a expliqué les différents niveaux d’études avant et après le bac : grâce à un CAP ou un bac STL, il est possible de devenir technicien de laboratoire. Les bacs +2 et +3 permettent d’accéder à des licences pour devenir technicien ingénieur ; un master ou une école d’ingénieur, avec une thèse, donne la possibilité de devenir chercheur ou maître de conférence. Tout le monde fait des expériences, que ce soient les bacheliers, les masters, les PhD, les post-docs, et ils analysent les résultats, lisent la littérature scientifique et communiquent les résultats. Nonobstant, plus on avance, plus il est nécessaire d’avoir des qualités intellectuelles requises comme les chefs qui s’occupent de l’administration, de trouver des fonds, d’encadrer le personnel, de faire du management…

Comment fonctionne la recherche scientifique ? Tout d’abord, les chercheurs se posent une question et vont voir dans la littérature scientifique s’il n’y a pas déjà eu des recherches à ce sujet avant d’établir une hypothèse. Ils font ensuite des manipulations pour essayer de répondre à cette question, analysent les données, les interprètent avant de les replacer au milieu de toutes les connaissances scientifiques. Pour cela, il faut rédiger une publication en anglais dans des journaux scientifiques spécialisés. Les publications servent de base à d’autres chercheurs pour leurs propres travaux ou afin d’être utilisées par des entreprises pharmaceutiques, mais surtout pour la vulgarisation pour la population.

Enfin, les élèves ont terminé par un temps de rencontre avec 16 chercheurs qui ont expliqué leur métier et les études qu’ils ont dû faire ainsi que les aléas qu’ils ont rencontrés :

  • Lionel Condé : doctorant sur la régulation de l’expression des gènes pendant l’infection virale (par le SARS-CoV-2 ou le VIH). Travaille à l’École Normale Supérieure de Lyon.
  • Caroline Pierre : chargée de recherche sur la dégradation et l’érosion des sols dans les écosystèmes du Sahel. Travaille au CNRS dans l’Institut écologie et environnement.
  • Felana Harilanto Andrianjakarivony : post-doctorante sur l’étude des virus dans les sols agricoles. Fait partie d’une équipe sur les Procédés de Mise en œuvre des Milieux Granulaires du Laboratoire Georges Friedel.
  • Alexandre Naaim : ingénieure de recherche sur l’analyse du mouvement dans un cadre clinique. Travaille à l’Université Lyon 1 Claude-Bernard au laboratoire de biomécanique des chocs.
  • Marion Mallet : doctorante sur la cancérologie pédiatrique en contexte embryonnaire. Travaille à l’Institut NeuroMyoGène.
  • Aurélie Levillain : maîtresse de conférence sur la prédiction du risque de fracture du fémur avec métastases. Travaille au Laboratoire de Biomécanique et Mécanique des Chocs de l’Université Lyon 1.
  • Gweltaz Mahéo : maître de conférence sur la formation et l’évolution des chaines de montagnes. Travaille au laboratoire de Géologie de Lyon de l’Université Lyon 1.
  • Sébastien Baba : doctorant sur les fondements du droit pénal de l’Union européenne au centre de recherches critiques sur le Droit à l’Université de Saint-Étienne.
  • Philippe Mangeot : ingénieur de recherche sur la technologie et la virologie. Travaille aux vecteurs viraux de l’Inserm de Lyon.
  • George Sawma : doctorant sur le chant et l’interprétation (comment chanter ?). Travaille à l’Université de Besançon.
  • Pauline Garcia : doctorante sur l’étude de la protéine Setdb1 dans la régénération musculaire. Travaille à l’Institut NeuroMyoGène.
  • Orane Mercier : ingénieure d’étude sur les voies de signalisation et le muscle squelettique. Travaille à l’Institut NeuroMyoGène.
  • Fabien Toulgoat : enseignant-chercheur sur des groupements fluorés sur des molécules organiques. Travaille à l’école supérieure de chimie physique électronique de Lyon.
  • Julie Sitolle : doctorante sur les voies de signalisation et le muscle squelettique. Travaille à l’Institut NeuroMyoGène.
  • Stéphanie Gobert : maîtresse de conférence sur les cellules souches. Travaille à l’Université de Lyon 1.

Plan du site Contact Espace privé

2011-2024 © Lycée Edouard Herriot Lyon - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.6.2