Bandeau
Lycée Edouard Herriot Lyon
Slogan du site

Le lycée Édouard Herriot est un lycée général et technologique avec des CPGE (Hypokhâgnes et Khâgnes) situé en centre ville (place Edgar Quinet, Lyon 6e).

logo article ou rubrique
Des témoignages
Article mis en ligne le 19 septembre 2016
dernière modification le 2 novembre 2016

par Annie Fabre, Matthieu Lecoutre

Céline L., 26 ans, ENS Cachan

agrégée d’Anglais

Après les 3 ans de prépa à Herriot (option anglais) je suis entrée à l’ENS Cachan.

J’y ai obtenu l’agrégation d’Anglais et je suis repartie comme lectrice à Cambridge, pour un an, puis 1 an et demi à New York où je m’occupais d’une revue universitaire bilingue (French Politics Culture and Society) publiée par NYU.

De retour en France (octobre 2001) j’ai utilisé ma 4e et dernière année de normalienne pour faire un DESS en traduction audiovisuelle (doublage et sous-titrage) à Lille 3 car, bien qu’aimant l’enseignement, je suis passionnée de cinéma et de traduction.

Concernant l’apport de la prépa Herriot : je dirais qu’il a été immense : culture générale, formation intellectuelle, et préparation au concours bien sûr, étant donné que dans mon cas, il y a eu réussite."


Pauline S., 27 ans

HEC, consultante en stratégie

"Après un retour en khâgne suite à une hésitation de parcours, j’ai testé le débouché "école de commerce"…et ai débarqué à HEC, terre inconnue.

Cette formation a semé pragmatisme et audace dans mes démarches. Des métiers m’ont été présentés par des professionnels, j’en ai testé d’autres en stage ; j’ai appris à aller pêcher toute information utile auprès d’un réseau de personnes, constitué à l’école et destiné à grandir. HEC a été ma boîte à outils pour choisir un métier et un sésame pour l’exercer.

Mais je n’ai jamais autant appris qu’en khâgne, et tout ce que j’y ai appris s’est inscrit dans ma mémoire, et me sert dans mon métier quotidiennement : si aujourd’hui dans mon emploi de conseillère en stratégie, l’on me reconnaît des qualités de pensée (synthèse, analyse, rapidité, manière d’aborder une question) et des qualités rédactionnelles… je le dois bien à la prépa !"


Emmanuel R. , promotion 1993-1994

normalien ENS Ulm, agrégé lettres classiques

"Après un bac littéraire, je suis entré en prépa avec la ferme volonté de m’orienter vers les lettres classiques, mais j’ai choisi la khâgne Ulm par goût pour la pluridisciplinarité, la synthèse et les grandes perspectives.

Au lieu de me conforter dans mes certitudes, mon arrivée à Ulm m’a ouvert un champ de possibles insoupçonnés. Tout en poursuivant un cursus classique (jusqu’à l’agrégation), j’y ai suivi des cours de musicologie, ce qui m’a permis d’entrer au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans les classes de Culture et d’Esthétique musicale.[...]

Au-delà de l’apport intellectuel et méthodologique qui permet d’appréhender avec confiance tous les concours ultérieurs, ce que m’a offert la prépa, c’est naturellement la possibilité d’intégrer une grande école qui m’a "révélé" à moi-même.

En comparant mon expérience à celle des autres khâgneux de Paris ou d’ailleurs, je me suis rendu compte de ce point de vue qu’Herriot m’avait permis de passer deux années intenses mais sereines, dans le sens où la bienveillance et le dévouement de l’équipe pédagogique ainsi que le très bon esprit entre les élèves ont permis de toujours maintenir un rapport très positif et très constructif au travail ; cet équilibre-là, me semble-t-il, n’a pas de prix."


Marie J. , 24 ans, éditrice de contenu pour le web

Mon parcours atypique montre bien les ouvertures, l’aisance et la capacité d’adaptation et de travail qu’apporte la prépa.
Après une hypokhâgne et une khâgne (spécialité anglais), j’ai rebifurquée vers une licence d’anglais à Lyon 2.

Puis, j’ai passé deux maîtrises en trois ans, dont une année passée en tant qu’assistante de français dans une université londonienne et une autre en stage dans une PME. Mes deux mémoires (Anglais et Information et Communication - Lyon 2) traitaient de questions de mise en page et de contenus sur le web.
Je termine cette année mon parcours avec un Diplôme Universitaire (équivalent au DESS) intitulé "Edition Electronique" me formant à divers métiers liés à l’édition de contenu pour le web (chef de projet, audit de sites, webmestre...)

Ce que la prépa m’a apporté :

La possibilité d’étudier différentes sciences humaines à un très haut niveau, sans pour autant avoir à choisir une orientation immédiatement après le bac.

Une capacité à travailler (beaucoup), réfléchir, analyser, ordonner, synthétiser etc. de manière rapide et efficace qui m’a servi tout au long de ma scolarité et me servira toute ma vie !

Une remise en question de moi-même qui m’a permis de construire la personne que je suis aujourd’hui.

Une bonne partie de mes meilleurs amis !

Somme toute une expérience inoubliable que je souhaite à tous !"


Marion A., bibliothécaire

" C’est pour se donner le temps de la réflexion que je suis entrée en hypokhâgne. Prendre le temps de ne pas choisir tout de suite et de découvrir encore, avant de se spécialiser.

Cette expérience a surtout été celle de rencontres très riches, avec d’autres étudiants passionnés, avec des auteurs et des façons de penser et de critiquer, avec une partie de soi.

Difficile de résumer les deux années de prépa sans évoquer, bien sûr, la masse et le rythme de travail (spectres qui effrayent déjà avant de devenir hypokhâgneux, et qui continuent à effrayer ensuite), mais sans évoquer aussi tous les bénéfices immédiats et à long terme, qu’on découvre avec surprise plusieurs années après.

Ces deux années passées à « ingurgiter » des connaissances, à trouver ses méthodes de travail (en groupe ou en solitaire), à se forger des armes critiques, ont donné leurs fruits et les donnent encore.

Le temps du bilan permet de remercier les colles tant redoutées (et il faut bien ce recul pour les remercier !) qui ont été un entraînement oh combien intensif mais efficace pour tous les entretiens qui ont suivi (entretien de stage, oral de concours, soutenance de mémoire¦).

La prépa mène à tout. Après Hypokhâgne et Khâgne, je me suis dirigée vers une Licence et une Maîtrise IUP Métiers du livre à Paris (qui m’ont emmenée faire deux stages en Espagne), puis vers un Master 2 professionnel Stratégies du Développement culturel à Avignon, qui débouche sur les métiers de la gestion du spectacle vivant et de la muséologie.

La prépa reste une formation riche et rigoureuse, qui permet de se créer des bases solides pour continuer son parcours universitaire et professionnel, mais qui permet surtout d’élargir son horizon ! "


Vie en prépa

Hébergement

Crédits Universitaires

Retour accueil prépa

Retour accueil site